LE Dr BARRETTE TOLÈRE UNE PRATIQUE ILLÉGALE!

#pratique illégale

Des personnes vivant avec le VIH/sida sont, encore aujourd’hui, victimes de discrimination et le ministre Gaétan Barrette le tolère dans son ministère!

En 2016, vous pourriez vous voir refuser un emploi après avoir déclaré, dans un questionnaire préembauche, être atteint d’une maladie chronique ou d’une infection comme le VIH/sida, alors que vous ne représentez aucun risque pour votre entourage.

Exigeons que cette pratique discriminatoire et illégale cesse. Exigeons du Dr Barrette que la loi soit appliquée dans son propre ministère!


1504 personnes ont signé la pétition

Les questionnaires préembauche : une pratique illégale mais courante!

Que dit la loi?

La Charte québécoise des droits et libertés de la personne interdit à l’employeur de discriminer dans le cadre du processus d’embauche, tel que mentionné dans l’article 18.1.

La seule présence d’une question discriminatoire avant l’embauche suffit à prouver une atteinte du droit.

Une pratique dénoncée depuis plusieurs années

Malgré la loi, plusieurs employeurs privés, gouvernementaux et paragouvernementaux continuent de poser illégalement, lors du processus d'embauche, des questions pouvant mener à la discrimination d’un candidat. En voici des exemples :

  • Avez-vous déjà été hospitalisé, en quelle année et pour quelles raisons?
  • Prenez-vous des médicaments?
  • Avez-vous manqué plus de deux jours de travail consécutifs pour des raisons de maladie dans les deux dernières années?
  • Vous a-t-on déjà refusé une assurance-vie?
  • Êtes-vous traité, l’avez-vous déjà été ou avez-vous souffert de l’une des maladies suivantes? (Parmi la liste à cocher, on retrouve : VIH et sida)
  • Êtes-vous enceinte?

Chaque jour, des organismes d’aide reçoivent des appels de personnes aptes au travail et désireuses de contribuer à la société qui font encore face à ces processus illégaux.

Cette pratique est pourtant dénoncée depuis plusieurs années.

Vingt-huit organismes défendant, entre autres, des personnes atteintes du sida, de cancer, de maladies cardiaques ou de problèmes de santé mentale dénoncent les questionnaires d’embauche discriminatoires qu’exige le gouvernement du Québec pour quantité d’emplois dans le domaine de la santé.

Déjà alertée par la plupart de ces organismes, la Commission des droits de la personne avait fait un rappel à l’ordre en 2010. Depuis, seuls quelques rares questionnaires ont été corrigés.

Pourtant, le ministère de la Santé et des Services sociaux devrait, le premier, être irréprochable, juste et égalitaire en termes d’accès à l’emploi.

La vérité sur le VIH/sida

Le VIH/sida n’est pas une maladie contagieuse à déclaration obligatoire demandant une intervention immédiate, sauf dans les cas de don de sang ou de tissus.

Le statut d’une personne atteinte du VIH (statut sérologique) est confidentiel, protégé par le droit à la vie privée.

Une personne séropositive n’a pas l’obligation de le dévoiler à qui que ce soit, sauf dans deux situations précises : lorsqu’elle souscrit à une assurance; avant un rapport sexuel qui comporte une « possibilité réaliste » de transmission du VIH. De plus, une tierce personne ne peut dévoiler le statut sérologique d’une autre personne sans son consentement, et ce sous aucune considération.

Au Québec :
Environ 20 000 personnes vivent avec le VIH/sida et environ 400 personnes sont infectées chaque année. C’est plus d’une nouvelle infection par jour.

Testez vos connaissances!

Vrai ou faux?
1- Le VIH et le sida sont deux maladies distinctes.
RÉPONSE : FAUX
VIH signifie Virus de l’Immunodéficience Humaine. Sida signifie Syndrome de l’immunodéficience acquise. Le sida est causé par le VIH, un virus qui détruit ou affaiblit le système immunitaire du corps humain, l’empêchant de résister aux infections. La personne est alors séropositive. Le stade avancé de l’infection au VIH s’appelle le sida.
2- Il y a seulement trois voies de transmission du virus du sida.
RÉPONSE : VRAI

Le VIH peut se transmettre :

  • lors de rapports sexuels non protégés (sans préservatif), par les liquides sexuels dont le sperme (c’est le mode transmission le plus fréquent)
  • par le sang (transfusion, utilisation de seringues souillées…)
  • de la mère à l’enfant, lors de la grossesse, de l’accouchement et de l’allaitement.
Il est impossible d’être infecté au VIH lors des contacts quotidiens tels que le partage de la nourriture ou la poignée de main, ni par un baiser, une piqûre de moustique, ou au contact de l’urine. On ne peut pas être contaminé en travaillant à côté ou en touchant une personne infectée par le VIH.
3- Les personnes atteintes du VIH/sida peuvent être guéries à l’aide des traitements actuellement disponibles.
RÉPONSE : FAUX
Il n’existe encore aucun médicament qui guérit du VIH/sida. Les traitements actuels permettent de prolonger l’espérance et la qualité de vie des malades, mais ne les conduisent pas à la guérison. Ces traitements permettent également d’éviter la transmission mère-enfant.
4- Lorsque vous êtes infecté au VIH, vous avez le devoir d’en informer votre employeur.
RÉPONSE : FAUX
Il n’y a pas d’obligation pour l’employé de renseigner son employeur quant à son statut VIH/sida. Ces renseignements médicaux sont confidentiels. Vous seul pouvez décider d’informer votre entourage.
5- Les personnes atteintes du VIH/sida qui sont sous traitement peuvent mener une vie normale.
RÉPONSE : VRAI
Les personnes vivant avec le VIH/sida ne représentent aucun danger pour leur entourage immédiat et professionnel. Elles ont les mêmes droits que tout être humain : droit de mouvement, droit de se marier, droit de procréer, droit de travailler, droit à la santé et au respect.
6- À ce jour, aucune profession n’est interdite aux personnes atteintes du VIH.
RÉPONSE : VRAI
Les personnes atteintes d’une infection au VIH ou d’une maladie chronique sont des citoyens qui ne représentent généralement aucun risque pour leur entourage professionnel. Pour les emplois jugés plus sensibles, il existe un service d'évaluation des risques de transmission d'infections hématogènes qui permet à la personne de poursuivre sa carrière.

Que fait la Fondation québécoise du sida?

La Fondation québécoise du sida est le plus important organisme au Québec à soutenir la lutte contre le VIH/sida.

Depuis 1997, nous finançons les activités d’intervention des organismes québécois de lutte contre le VIH/sida, afin de répondre aux enjeux touchant les personnes vivant avec le VIH et l’ensemble des populations les plus exposées au risque d’être infectées.

En signant aujourd’hui la pétition, vous demandez au ministre de la Santé et des Services sociaux d’agir pour interdire l’usage illégale et discriminatoire des questionnaires préembauche dans son ministère et d’agir conformément à la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.

Avec votre aide, nous pouvons faciliter l’accès à la prévention, mieux soutenir les personnes touchées par le VIH/sida, combattre les discriminations et, ainsi, faire reculer l’épidémie.